Tableaux, Vanités.


Le vase brisé

Le vase brisé

Vanité

81 cm sur 65 cm

Vanité

lettre morte

73 cm sur 92 cm

Lettre morte

nostalgie

92 cm sur 73 cm

Nostalgie ou Nicole

Noir et blanc

73 cm sur 60 cm

Noir et blanc

Invitation

100 cm sur 81 cm

Invitation

Article dans la revue trimestrielle de la Société Artistique des PTT

Depuis le Pavillon du Verdurier, à Limoges

par Henri Raynal

« L’Invitation » de Guylène Delisle aura été pour moi la belle surprise de ce salon. une blancheur s’y offre, blancheur généreuse, au dépouillement émouvant, nue et vierge. C’est celle d’une nappe ; elle recouvre le plateau d’une petite table qui a été disposée de biais par apport à nous. le regard s’attarde sur son étendue parfaite. Il remarque, quand il l’a quitté à regret, qu’elle intercale sa planité impeccable entre deux déversements de fluidité, le premier où l’étoffe précipitée se joint au bas de sa chute à la nappe, presque tout au long  de son côté gauche, le second à l’inverse s’éboule à partir du bord opposé. Sur toute la hauteur de la peinture, une même blancheur très pure se déploie si continûment qu’elle unit, au point qu’ils se présentent comme étant d’un seul tenant, d’abord la sorte de rideau venue de la partie supérieure du tableau(à gauche) ensuite la nappe imperturbée, sereine – proposant une pause miraculeuse -, enfin le désordre qui lui succède et qui, au cours de sa descente vers le sol, se change en un puissant relief.

L’admirable est dans le contraste entre une surface où le moindre pli qui aurait distrait la contemplation fervente a été effacé et  les deux draperies entre lesquelles elle s’interpose, fort différentes, qui plus est, puisqu’ici le linge cède à la pesanteur abruptement, tombe comme une falaise, tandis que là il s’encombre d’ amples replis -peut être parce qu’un objet, un tabouret par exemple, s’y dissimule.

Un second contraste apporte une contribution décisive à la beauté de ce tableau: le dépouillement  lumineux du spectacle que je viens de décrire produit un effet d’autant plus grand qu’il est au contact du fond. Nulle transition. Immédiatement, un gris noir est là; le touche. Il n’est pas inerte. Peut être est- ce le fait qu’il soit comme très délicatement, subtilement nuageux, qui le rend présent. Peut être aussi un soupçon de rougeâtre s’y mêle t-il par endroits.

Guylène Delisle a mis en scène pour nous le silence. Un silence à la fois familier et solennel qu’on en partage la clarté, douce et imposante, et l’obscurité tout conte la quelle celle-ci trouve son appui.

J’ai omis à dessein de signaler qu’un verre à pied avait été placé sur la table. Central, le rouge du vin qui l’emplit à demi ajoute une heureuse ponctuation à l’ensemble de la toile. Je ne lui vois que cette seule raison d’être; c’est pour cela que je n’en avais rien dit. Le titre du tableau n’est à mon sens que de pure commodité. J’incline à penser qu’on aurait tord de prêter à cette œuvre une référence d’ordre pratique. L’invitation ne s’adresse qu’au regard. Lui seul est attendu. Il est convié à se joindre à une célébration de la mystérieuse blancheur que ne trouble aucunement sa contiguïté avec l’ombre, paisible certes, toutefois discrètement mouvante.

L’anonyme, invisible célébration dispose d’un autel.

mon ami de bois

46 cm sur 33 cm

Mon ami de bois

ladéchirure

46 cm sur 38 cm

La déchirure

Nocturne

116 cm sur 89 cm

Nocturne

Mon ami de bois"les souliers"

33 cm sur 55 cm

Mon ami de bois « les souliers »

Mon ami de bois "les tableaux"

46 cm sur 33 cm

Mon ami de bois « les tableaux »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s